Attention à soi, avoir les manettes sur notre cerveau

Attention à soi, avoir les manettes sur notre cerveau

Le résumé d’un jour ordinaire d’une personne ordinaire est probablement le suivant :

Son réveil sonne à l’heure, mais elle ne s’est levée qu’une demi-heure plus tard après avoir reporté son alarme trois fois sur son téléphone. Elle va prendre son petit-déjeuner et opte sans y réfléchir pour des céréales trop sucrées qu’elle sait pourtant sont très mauvaises pour sa santé. Elle va peut-être fumer une cigarette juste avant de sortir car c’est ce qu’elle a fait tous les jours à la même heure depuis 10 ans. Dans les transports publics, elle passe son temps à regarder les réseaux sociaux où elle trouve que tout le monde a une meilleure vie qu’elle. Quand elle arrive à son boulot, elle passe sa journée à râler sur le fait que les autres ne font pas leur boulot alors qu’elle-même ne fait pas plus qu’eux. Le soir elle rentre de nouveau chez elle en regardant les réseaux sociaux et en s’énervant contre les opinions qui sont contraires aux siennes. Elle est fatiguée alors elle ne va pas faire de sport, et pour se conforter après une autre journée pénible dans sa vie, elle mange pour le dîner un plat préparé beaucoup trop gras et sucré, sans oublier de rajouter un petit dessert. Enfin, elle passe la nuit à regarder des émissions de divertissement à la télévision, et s’endort avec son téléphone dans son lit.

À quel point cette personne (qui me ressemble je dois avouer) est consciente de ses propres choix? On pourrait croire qu’elle a décidé volontairement de tout ce qu’elle a fait, mais le plus probable est qu’elle n’a eu quasiment toute la journée que des réactions automatiques à tout ce qui lui arrivait. Son cerveau a choisi pour elle, et elle a accepté ses choix. Elle n’avait pas le contrôle sur ses actions, et elle ne pourrait jamais changer si elle reste l’esclave de son cerveau. Comment faire alors pour être maître de soi? Comment faire les choix qui vont amener à un changement vers le meilleur?

Les philosophes stoïciens avaient conscience de l’importance de nos choix pour permettre le changement. Leur exercice spirituel de l’attention à soi est l’outil le plus important qui offre cette possibilité de faire des choix différents. Il consiste à faire très attention aux réactions automatiques qui se passent dans votre cerveau: reporter le réveil, manger des céréales, fumer une cigarette, aller sur les réseaux sociaux, comparer sa vie à la vie des autres, etc. En se rendant compte du moment où le mauvais choix va se faire automatiquement, on peut consciemment s’interposer et mieux choisir: se lever immédiatement, cuisiner un meilleur petit déjeuner, se brosser les dents au lieu de fumer, lire un livre ou écouter une émission intelligente au lieu des réseaux sociaux, se comparer à qui on était hier plutôt que se comparer à qui est quelqu’un d’autre aujourd’hui, etc. Cette attention à ce qui se passe en soi est une forme de vigilence à tout ce qu’on laisse notre cerveau automatiquement pour le rediriger et corriger ses mauvais choix. L’attention à soi nous donne les manettes sur notre cerveau. À force de répétitions, nos bonnes réactions et décisions conscientes deviennent automatiques et l’habitude qui est formé nous bénéficie sans nous en rendre compte.

Laisser un commentaire