De là-haut

De là-haut

« Sur quelle petite motte du globe terrestre marches-tu ! Songe à tout cela et pense que rien n’est grand que d’agir comme le veut ta nature et de subir ce que produit la nature universelle. » Marc-Aurèle, Pensées XII, 32.

Le regard d’en haut. Peut-être l’exercice le plus spirituel des exercices spirituels. C’est le seul exercice qui n’a pas vraiment besoin de mots. Et je dirai, c’est, parmi les exercices spirituels, celui qui apporte le plus de sérénité, avec le moins d’effort.

Il suffit de commencer pas là où on est, d’observer son environnement, sans jugement. De regarder autour de soi les événements se dérouler, comme hier, et d’entendre le temps couler, comme une rivière. Puis d’aller un peu plus haut. D’observer toute la ville qui vit ou qui dort. Puis plus haut, voir tout ce pays, avec ses naissances et ses morts. Et encore plus haut, cette terre qui nous emmène. Ce soleil qui nous éclaire. Cette lune qui nous fascine. Et tout ce qui existe dans l’univers. Bien au-delà de nous, mais aussi avec nous.

Le regard d’en haut nous fait sortir de notre tête, de notre ego qui ne se préoccupe que de lui-même, de notre esprit qui bavarde tout le temps. De là haut, ce monde silencieux est bien plus fascinant.

Laisser un commentaire