Reconstruire le cerveau

Reconstruire le cerveau

Le cerveau humain est très complexe, mais il y a des principes simples dont on est certain : tout ce que l’on répète se renforce et lui devient plus facile à faire ; et tout ce qu’on arrête de faire s’oublie et lui devient plus difficile à reproduire. Cela vaut pour tout, que ce soit pour l’acquisition d’une compétence, ou pour notre manière d’agir et de penser.

Si à chaque fois que quelque chose de mal nous arrive, qu’on essuie un revers, qu’on subit un échec, qu’on est rejeté, nous commençons à nous dénigrer, à reculer, à refuser de saisir une opportunité parce que nous pensons ne pas la mériter, à nous persuader que toute la misère du monde s’est concentrée pour nous abattre, alors nous ne faisons que renforcer ces réactions qui deviendront de plus en plus facile pour notre cerveau à reproduire. Dès que nous serons dans une situation difficile, notre cerveau aura tellement de fois réagit à la même chose en étant déprimé et découragé qu’il reviendra encore une fois à la tristesse presque instantanément. On devient alors dépressif. Or si à chaque situation défavorable, nous prenons consciemment l’habitude de ne pas prendre personnellement un événement extérieur que nous venons de subir, si nous nous disons à chaque fois que tout ce que nous pouvons maîtriser sont nos efforts, notre volonté, notre bonne foi, notre bienveillance, notre courage, si nous réagissons plutôt en essayant de voir ce que nous pouvons en apprendre pour la prochaine fois, alors ce sera de plus en plus facile pour notre cerveau de réagir de cette manière, d’apprendre à être résilient, et d’oublier les anciennes manières de faire qui nous sont nuisibles.

Nous pouvons consciemment agir sur notre cerveau pour détruire les connexions neuronales qui rendent plus facile ce qui nous fait du mal, et construire les connexions qui favorisent notre développement et nous rendent plus capables d’être heureux et de bien fonctionner dans le monde.

Pour éviter de retomber dans les anciennes manières de penser et d’agir, il faut se dire qu’il est important de ne pas renforcer dans le cerveau ce qui nous fait du mal, et que nous voulons le casser. Et pour se pousser à agir correctement, il faut se dire qu’il est nécessaire de renforcer ce qui nous rend plus puissants, plus vivants et qu’il faut le consolider.

Laisser un commentaire