André Comte-Sponville. Le bien est à vivre, pas à contempler.

André Comte-Sponville. Le bien est à vivre, pas à contempler.

Nous avons besoin de directions. Ce n’est pas évident pour tout le monde de savoir ce qu’il faut faire, comment agir, comment se comporter en tant qu’être humain pour mener une bonne vie, une vie que nous aimerions avoir vécu. Nous avons besoin de savoir ce qui nous rend humains, et comment l’être davantage.

C’est ce que nous pouvons apprendre au travers des vertus, car qu’est-ce qu’une vertu ? « C’est une force qui agit ou qui peut agir. […] La vertu d’un être, c’est ce qui fait sa valeur. 1» Donc la vertu chez un humain, c’est ce qui le rend capable d’agir plus humainement, c’est-à-dire de bien agir.

André Comte-Sponville aurait pu nous livrer un essai sur tous les défauts de l’homme, comme un moraliste qui voudrait montrer à quel point il est intelligent et connaît toutes les bassesses dans lesquelles peut tomber l’humain. Or « pourquoi accuser toujours, dénoncer toujours ? C’est la morale des tristes, et une triste morale. 2» Au lieu de cela, il a agit en philosophe, et nous a livré dans son Petit traité des grandes vertus une description de comment l’homme peut devenir plus grand, plus heureux, plus vivant.

C’est un traité, donc un discours, mais André Comte-Sponville ne cherche pas à simplement analyser et nous faire comprendre ce qu’est une vertu. Il nous pousse à agir vertueusement. Car si « la vertu, répète-t-on depuis Aristote, est une disposition acquise à faire le bien 3», il faut bien préciser que « le bien n’est pas à contempler ; il est à faire. 4»

La liste des vertus présentées est : « La politesse ; la fidélité ; la prudence ; la tempérance ; le courage ; la justice ; la générosité ; la compassion ; la miséricorde ; la gratitude ; l’humilité ; la simplicité ; la tolérance ; la pureté ; la douceur : la bonne foi ; l’humour ; l’amour. »

Être plus humain, devenir quelqu’un de meilleur, c’est essayer de s’améliorer dans chacune de ces vertus, un peu ici, un peu là, pour que nous, ainsi que ceux qui comptent pour nous, puissions mener une meilleure vie. Tâche difficile, mais tâche raisonnable, bonne et nécessaire. Nous ne serons jamais parfaits, mais c’est possible d’être un peu meilleur chaque jour, et c’est une des plus grandes victoires sur terre.

1André Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertues.

2André Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertues.

3André Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertues.

4André Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertues.

Laisser un commentaire